Nos travailleurs ailés… À table !

Dernière mise à jour : 10 janv.

Suceuse de sang, agressive avec l’homme, porteuse de maladies… pour l’une ; remarquable acrobate, zinzinulant son chant clair et fluide à la saison des amours, adorable porte-drapeau des couleurs de l’été… pour l’autre. Chacune sa réputation mais la chauve-souris et la mésange bleue nous apportent toutes deux une aide précieuse.


De nuit !

En raison de ses phalanges reliées par une membrane, on la connait sous le nom de chiroptère qui en grec signifie " vole avec les mains ". On compte 1 200 espèces de chauves-souris sur les 6 500 espèces de mammifères dénombrées dans le monde. Elle est le seul mammifère à être capable de vols actifs. Les caractères de chacune des espèces sont très différents. Les plus petites d’entre elles sont moins grandes que votre pouce, les plus grandes approchent les 1,70 m. Chaque espèce possède son propre cri. La plupart préfère la nuit, mais d’autres préfèrent le jour. Certaines se nourrissent de fruits, d’autres de batraciens, d’autres encore de petits mammifères ou pour quelques-unes, uniquement du sang de gros mammifères (y compris l’homme !) qu’elles blessent avec leurs dents acérées puis lèchent le sang qui sort de la plaie grâce à leur salive anticoagulante. Leur mauvaise réputation n’est donc plus à faire.

Chez nous, une des plus petites est la plus souvent rencontrée et elle participe à l’équilibre de nos jardins. Ici, il n’est pas question de chauve-souris buveuse de sang ; la pipistrelle ne se nourrit que d’insectes, comme les 31 espèces recensées en France. Elle est synanthrope, c’est-à-dire proche des hommes et s’adapte à nos villes comme à nos campagnes. Son espèce est ainsi menacée en raison d’un habitat souvent peu visible et donc détruit lors de rénovations ou de jardinage. Dès son premier automne, le mâle attire les femelles à son gite d’accouplement en chantant lors de ses sorties ; un harem d’une dizaine de femelles se crée alors. Les femelles et mâles hibernent en colonie mixte jusqu’au début du printemps, certaines riches de plus de 30 000 individus. Les spermatozoïdes vivant 6 mois, les femelles commencent leur gestation début avril, après hibernation. Elles se séparent alors des mâles et s’installent dans des gites de maternité. Elles donneront naissance 1 mois et 1/2 plus tard à 1 seul bébé pipistrelle le plus souvent et partiront une fois le jeune devenu autonome.

Ces petites chauves-souris, gourmandes de nos insectes, se nourrissent chacune de près de 3 000 insectes par nuit et sont ainsi d’une grande utilité dans le « nettoyage » des vignes.

Des études du CIVB (Conseil Interprofessionnel des Vins de Bordeaux) ont montré que la présence de chauves-souris pipistrelles diminuait jusqu’à 4 fois la population des papillons dont les larves s’introduisent dans les grains de nos raisins et favorisent la pourriture grise. Et même quand elle a un grand choix de nourriture, elle se contente de chasser son insecte préféré.

Nous travaillons donc à les accueillir en leur offrant le gîte et le couvert tout au long de l’année. Nos granges, ateliers et zones en friches participent à long terme à la conservation de l’espèce car permettent l’installation de colonies, nos 10 nichoirs répartis dans nos vignes sur l’ensemble du domaine prennent le relais pour les mamans et leur bambin en leur proposant un lieu de nidification. Ces abris répondent précisément à leurs besoins spécifiques : installés en hauteur, entrée par le dessous, ouverture inférieure à 2 cm de largeur, possibilité de s’accrocher à l’intérieur, loin des bruits et des lumières… Elles peuvent donc chaque nuit vaquer à leurs occupations en toute sérénité. Elles le méritent bien !



Comme de jour !

La mésange bleue est un petit oiseau de 10 à 12 cm, un peu rondouillard, que tout le monde a déjà pu observer dans son jardin ou dans un parc tant il s’est accoutumé à notre présence. Il est reconnaissable à sa tête et son dos de couleur … bleue, son ventre de couleur jaune lié aux caroténoïdes présents en grande quantités dans ses larves préférées et sa cravate noire. Il est cavernicole et se plait à vivre dans des cavités, même au plus proche des humains.

En période de reproduction la mésange bleue est essentiellement insectivore et en mange jusqu’à 500 par jour ; araignées et larves sont ses mets préférés.

Quand il s’agit de chasser, elle est extrêmement agile, et joue les acrobates suspendus en se balançant de branche en branche.

Les mésanges bleues sont monogames et mère et père élèvent ensemble leur 1 à 2 couvées de l’année de 7 à 13 œufs. Tout le monde prendra son envol lorsque les poussins sauront se débrouiller seuls, environ 2 mois après leur naissance.

Fin automne et en hiver, quand les insectes se rarifient ou disparaissent, la mésange bleue a deux possibilités : oiseau dominant, il saura prendre ce qui est à sa disposition et deviendra sédentaire, son régime alimentaire changera et sera composé de graines et des quelques insectes retardataires. On aime ! Ou il migrera vers des terres moins hostiles et riches d’insectes.

Comme pour les chauves-souris, nous avons installé des maisonnettes à mésanges bleue pouvant leur servir de lieu de nidifications. Cette petite cabane n’a pas été construite au hasard, mais bien pour répondre aux exigences de toute la famille. Pour favoriser leur arrivée et refouler les intrus, le diamètre du trou d’envol est de 28 mm ; la sélection se fait à la porte ! La mésange charbonnière, par exemple, préfère l’ouverture à 30 mm. Dans son nid douillet, la mésange bleue réclame une hauteur sous plafond de 23 cm et une pièce à vivre de 13 cm². C’est chose faite, dans les 6 nichoirs savamment répartis sur le vignoble afin d’éviter les querelles de voisinage…



Nous ne forçons pas la venue des chauves-souris Pipistrelles ni des mésanges bleues ; trop nombreuses, elles influeraient sur la biodiversité du domaine que nous souhaitons la plus multiple possible. Chacun son rôle, chacun à son poste ! Néanmoins, nous n’utilisons pas d’insecticide sur nos vignes, leur présence est donc la bienvenue pour participer aux nettoyages de nos parcelles, 24h/24 !






Sources : Guide Delachaux Les Chauves-souris d’Europe, Office National des Forêts, Géo le magazine, https://www.sfepm.org/, Les Cahiers Techniques du CIVB, LPO, SFEPM, cancoillotte.com (schéma nichoir mésange bleue), Fledermausbrett (nichoir à chauve-souris)
95 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
chateauhourtinducasse new logo complet.p