noGGIN 2018

 

L'histoire

Quand on assemble nos millésimes à l’aveugle après les fermentations malolactiques et qu’il nous reste une partie des vins, il est douloureux de s’en séparer en la vendant en vrac pour en faire un vin de négoce ou de la donner à l’État (en plus de la redevance obligatoire). Privilégiant toujours l’équilibre et la complexité du Château Hourtin-Ducasse, ces « restes » sont donc très contrastés d’une année sur l’autre et ne nous permettent pas de construire un 2ème vin. Quel gâchis ! Mais depuis le millésime 2017, c’est fini ; nous sommes bouilleurs de cru et nous produisons un gin. Nos jus sous le bras, c’est à Cambes (33) que cette année, nous avons retrouvé notre brûleur qui s’y était installé pour une journée distillation, avec son vieil et bel alambic tout en cuivre et sur roues. Ce fut à nouveau un très joli moment, riche d’apprentissage et de belles rencontres, qui s’est terminé autour d’une omelette à l’aillet, d’une lamproie à la bordelaise et d’une côte de veau cuite dans le foyer de l’alambic. Quel festin ! Nous sommes repartis avec notre alcool. Pur ? Non, pas tout à fait. La législation européenne impose d’utiliser un alcool à 96 % puis de le diluer pour redescendre au-dessus de 40 %. Ainsi l’alcool n’a ni arômes, ni personnalité. C‘est pourquoi certains préfèrent acheter un alcool déjà pur, de céréales ou autres. Alors, non ! Notre gin n’est pas du gin car nous avons choisi de ne le distiller qu’à 50 % pour lui conserver son caractère et son audace au travers de l’eau contenue par nos raisins, ainsi conservée. Le terroir, les vignes et tout ce que la nature leur a offert en 2018 y ont participé, nous ne souhaitions pas l’abimer. Ensuite, nous y avons fait macérer des grains de genièvre (évidemment ! pour faire du gin…), puis les orties ramassées dans notre jardin, séchées au feu de bois. Elles lui apportent sa couleur naturellement vert pâle et sa fraicheur. Quelques zestes de pomelos roses et quelques grains de poivre blanc ont optimisé son caractère vif et tonique. Puis mise en bouteille, bouchée et étiquetée à la maison, on l’a encore coconnée « la gnôle du patron ».

Les protagonistes

cabernet franc, cabernet-sauvignon et merlot du Château Hourtin-Ducasse, orties de notre jardin séchées au feu de cheminée, baies de genièvre sauvages, poivre blanc du Sri Lanka (bio, commerce équitable), pomelos rose (bio)

Production

759 flacons numérotés

Degré

40 %

Dégustation (15 mars 2019, jour fleur – Mathieu Huguet, œnologue)

Sa teinte vert d’eau très claire a un caractère presque désaltérant et frais.
Un nez délicat délivre des notes de fruits de la passion et de raisins secs.
La bouche est enrobante et se dessine délicatement sur le palais pour laisser place à une fin de bouche épicée.

 

Aucun produit ne correspond à la sélection