top of page

Élevage en cours.

Quelle jolie matière !

Où en est le 2022 ?

LA CAMPAGNE

Ça commençait mal !

Ça commençait mal ! Un fort épisode de gel les nuits du 2 au 4 avril avec des températures allant jusqu’à -9° (du jamais vu depuis 1947) et la majorité des vignobles français touchée. Mais la plupart de nos bourgeons n’avaient pas encore éclos et les pertes subies se sont avérées « raisonnables ». Ensuite, le caractère solaire de la campagne a commencé dès le mois de mai avec une floraison précoce le 16, rapide et homogène. Des vagues de chaleur se sont succédées mi-juin, début juillet et début août impactant le bon développement de la vigne ; mais les pluies de fin juin et mi-août ont atténué leurs effets, sauf pour les malchanceux chez qui la grêle a totalement détruit certaines parcelles et bâtiments. Enfin, la fraîcheur matinale et la chaleur des après-midis de septembre ont permis aux raisins de mûrir doucement mais sûrement, dans l’attente d’être ramassés. Concernant la pluie, son volume est en net recul sur l’année, -32 % par rapport à la moyenne, et un record en mai avec -76 %. Seul le mois de juin avec +60 % a un peu atténué l’impact sans pour autant rétablir l’équilibre.
Les choix qui ont été faits depuis déjà quelques années quant au travail de nos vignes tels que l’enherbement naturel, pas de labour, le tressage au lieu du rognage, la tonte des brebis et leur fertilisation, ont permis à nos vignes de mieux se protéger du stress hydrique : un feuillage magnifique jusqu’aux vendanges ! Cependant, la précocité des fortes chaleurs et la contrainte hydrique ont généré des baies de petites tailles.
Les raisins récoltés avaient un beau potentiel phénolique, un rapport tanins/anthocyanes particulièrement élevé et une très belle maturité dans les pépins, « croquants avec des goûts de noisette torréfiés » ; mais les degrés sont élevés, sans doute aux alentours des 13,5°. Pendant les fermentations alcooliques, l’extraction de la couleur et des arômes a été rapide nécessitant moins de manipulations et les températures de fermentation sont restées raisonnables produisant des vins riches, avec de beaux tanins et de belles couleurs. À la dégustation, le Château Hourtin-Ducasse 2022 nous rappelle le soyeux d’un 2009 et le couple fruit/fraîcheur d’un 2010.

EN RESUME

Vendanges : du 20 au 28 septembre

Assemblage : cabernet-sauvignon 47 % - merlot  44 % - cabernet franc 6 % - petit verdot 3 %

Vinification et élevage : fermentation alcoolique pour partie en barriques fermées (54 % de la récolte), fermentation malolactique en barriques (100 %).

Production : à venir

Degré : à venir

Dégustation sur barriques 

(14 février 2023, jour feuilles, Marc Quertinier, œnologue): 

Coloré.

Nez fruité (plutôt fruits noirs), épicé.

Bon grain en bouche, charnu. Finale un peu sèche, à suivre…

quelques barriques au chateau hourtin-ducasse

Obtenir la fiche technique

bouchon chateauhourtinducasse 362x219.jpg

POUR AJOUTER LE MILLESIME 2022 À VOTRE PANIER

Le millésime 2022 sera livrable au 3ème trimestre 2024, après mise en bouteilles.

ET LES AUTRES...

chateau hourtin-ducasse logo complet
bottom of page