En Primeur

Le 2017, à venir…

Système bordelais dans l'âme, la période dite des primeurs consiste à présenter au marché les vins nouveaux, c'est-à-dire ceux de la dernière vendange. Traditionnellement, cette grande messe médiatique se déroule début avril, et voit la “planète vin” débarquer dans les châteaux pour goûter ce nouveau millésime. Pour un néophyte, il est difficile d’évaluer ce que donnera tel ou tel vin lorsqu’il sera disponible après sa mise en bouteilles, dans plus d’un an, alors qu’il vient juste d’être assemblé, n’a vécu que 3 ou 4 mois en barriques et que son élevage n’est pas terminé. C’est pourquoi ce marché était réservé aux pros, seuls capables de prendre le risque d’acheter en imaginant le futur. Mais pour vous qui connaissez depuis longtemps le château-hourtin-ducasse, qui croyez dans la richesse de notre terroir mais aussi dans l’originalité et les particularités de chaque millésime, nous vous proposons d’acheter comme les professionnels.

Où en est le 2017 ?

La campagne…

Un hiver et un printemps doux avec des températures moyennes supérieures de 1,5° à celles des 20 dernières années ont donné un débourrement précoce fin mars. Deux épisodes de gel s’abattent alors sur la France ; une gelée blanche le 20 avril suivie d'une terrible gelée noire les nuits des 27, 28 et 29 avril. Tout le vignoble français est touché ; Bordeaux à hauteur de 50 % en moyenne, 65 % chez nous ! Le gel n’empêche pas une floraison et une véraison précoces avec 1 à 2 semaines d'avance et la grande hétérogénéité de floraison entre les ceps gelés et ceux épargnés se réduit lors de la véraison. Malgré l’absence de pluies en avril et mai, celles de juin ont permis d’assurer une alimentation hydrique normale jusqu’à la véraison. Puis l’été met au régime sec la vigne. Les entrées maritimes de fin août et début septembre lui permettent de résister au stress. L’épisode pluvieux de mi-septembre suscite l’inquiétude avec le développement de foyers de botrytis. Mais ils ne se développent pas grâce au retour du soleil à la fin du mois. Pour les vendanges, l'état sanitaire du vignoble est bon et début octobre, on ramasse tout à la machine en 3 jours pour profiter de la petite fenêtre climatique favorable qui s’offre. Ouf ! A l’inverse, les fermentations se sont déroulées facilement mais aussi très rapidement. Tout était terminé début décembre ; c’est la 1ère fois ! L’assemblage a été finalisé mi-janvier et compte tenu de la forte proportion de fermentations alcooliques en barriques (69 %) et de la délicatesse des tanins du vin assemblé, nous n’avons retenu que 18 % de bois neuf pour l’élever. Un beau potentiel avec une qualité surprenante pour une campagne aussi terrible.

 

 

En résumé…

Mentions : noté 91 (échantillon sur barrique) par Wine Enthusiast. "Finely perfumed, this wine is open and full of generous black fruits. The ripeness and rounded juicy character mean that this wine is going to developwell over the medium-term. Drink from 2022." R.V. (4/1/2018)

Vendanges : mécaniques du 5 au 7 octobre

Assemblage : cabernet-sauvignon 47 %, merlot 44 %, cabernet franc 6 %, petit verdot 3 %

Production : 12 000 bouteilles

Vinification et élevage : fermentation alcoolique en barriques ouvertes (69 % de la récolte), fermentation malolactique en barriques (100 %). 18 % de barriques neuves

Degré : 12,5 %

Dégustation (14 mars 2018 – Marc Quertinier, oenologue) :
Robe rubis soutenu.
Nez fruité (fruits noirs sauvages : mures, myrtilles), poivré avec quelques touches variétales fraiches.
Ensemble plutôt dense pour 2017. Structure serrée et ferme. A besoin d’élevage.

Les primeurs 2017 seront livrables en octobre 2019. La commande de primeurs doit être supérieure ou égale à 60 bouteilles. L’acompte de 5 € par bouteille se règle à la réservation, le solde avant livraison, lors de notre relance pour validation de votre adresse de livraison.

 

Aucun produit ne correspond à la sélection