Les millésimes
  1. 1999
  2. 2000
  3. 2001
  4. 2002
  5. 2003
  6. 2004
  7. 2005
  8. 2006
  9. 2007
  10. 2008
  11. 2009
  12. 2010
  13. 2011
  14. 2012
  15. 2013
  16. 2014
  17. 2015
 

Château Hourtin-Ducasse 2010

2010

Mentions

92/100, Wine Enthusiast, « Cellar Selection »
89/100, Wine Spectator
Une médaille d’argent à l’International Wine Challenge 2013, à Londres
Sélectionné « Everyday Bordeaux » 2013, à Hong Kong
Sélectionné prix d’honneur guide Dussert-Gerber 2016
Sélectionné Cru Bourgeois, normes 2009
Une médaille d’argent au Decanter Asia Wine Awards 2013
Sélectionné et noté ** par 1001 Dégustations, Guide Internet des Vins
Une médaille d’argent aux Féminalise 2013, à Beaune
Une médaille de bronze à l’International Wine and Spirit Competition 2013, à Londres
Une médaille d’or au China Wine Awards 2012, à Hong-Kong
85+/100, « Recommended » Decanter, à Londres, octobre 2012
88/100, sélectionné Vigneron d’Or par le guide Gilbert et Gaillard 2013
87/100, Robert Parker dans The Wine Advocate Tasting Notes, sur eRobertParker.com

La campagne

Après un hiver gris, long et rigoureux marqué par trois vagues de froid (mi-décembre, début janvier et mi-février) et malgré un mois de mars proche des moyennes saisonnières, le débourrement ne pouvait guère être précoce : entre début et mi-avril. Mai fut un beau mois, remarquablement sec, ensoleillé et chaud ; la vigne combla alors rapidement son retard. Les premières fleurs de vigne éclosirent fin mai et la mi-floraison des merlots et des cabernets fut atteinte le week-end du 6 juin. Le taux de nouaison fut satisfaisant, seuls les merlots furent affectés par la coulure et le millerandage après la froide nuit du 7 juin et l’abondance des pluies qui suivirent. La croissance de la vigne se ralentit alors en raison de l’installation d’une légère contrainte hydrique, voire s’arrêta, jusqu’à la mi-véraison, le 6 août pour le merlot, et le 11 pour le cabernet-sauvignon. Et finalement, grâce à un mois d’août, et plus encore septembre, très secs et très ensoleillés, avec des températures proches de moyennes historiques, nous avons obtenu une maturité que l’on peut qualifier d’idéale. Le 29 septembre, nous avons commencé à vendanger manuellement les raisins que nous allions utiliser pour Les Roses de Marie ; exceptionnellement ce sont les cabernets francs, un cépage habituellement tardif, qui ont ouvert la marche. Ensuite, nous avons ramassé les merlots durant 3 jours consécutifs. Et après une semaine de pause, nous avons repris avec les cabernets-sauvignons, le 15 octobre. Ce sont classiquement les petits verdots qui ont clôturé nos vendanges le 26 octobre.
Tous les raisins vendangés possédaient deux caractéristiques indiquant leur grande qualité : les baies étaient à la fois très petites et très colorées ; leur poids était faible et leur teneur en anthocyanes très haute, plus qu’en 2009 et même 2005. Les degrés sont globalement élevés mais accompagnés d’acidité forte, gage de structure, de finesse et d’une belle capacité de vieillissement. Le 2010 sera sans doute un millésime typique du Haut-Médoc ; et peut-être sommes-nous en présence d’un nouveau 2004 ?

Assemblage

Cabernet-sauvignon 56 %, merlot 31 %, cabernet franc 11 %, petit verdot 2 %

Production

63 300 bouteilles

Dégustation (2.04.17) - Marc Quertinier, oenologue

Belle robe rubis soutenu aux reflets grenat.
Nez jeune fruité, frais, fruits noirs, vanillé, balsamique, épicé (épices douces).
Bouche charnue, fruitée, longue, tendue avec de beaux tanins salivants. Une forte salinité en finale.
On peut « l’oublier ».
Harmonies : palombe rôtie, carré d’agneau, rognons de veau, lièvre en saupiquet… Fromage : beaufort, tomme de Savoie... Dessert : poire au vin…

Château Hourtin-Ducasse 2010 75 cl, bouteille
15,00 €
Château Hourtin-Ducasse 2010 1,5 L, magnum
31,00 €
Château Hourtin-Ducasse 2010 3 L, double magnum épuisé
76,00 €